Le gouvernement Michel en voie de criminaliser le squat pacifique

Le gouvernement d’alliance entre les libéraux francophones du MR, les nationalistes flamands de la NV-A, le Cd&V et l’open-VLD souhaitent criminaliser le squat pacifique de bâtiments vides et/ou abandonnés jusqu’à 2 ans de prisons. Le projet de loi est issu d’un rapport de la commission parlementaire sur la justice où siègent un membre de chaque grand parti avec une voix (sauf le PTB/PVDA et DéFi dont le président Olivier Maingain est certes dans la commission, mais n’a pas de voix lors des votes) daté du 25 juillet 2017 (1), .

L’annonce de ce projet de loi est somme toute passée assez inaperçue, mais déjà certains mouvements de contestation sont apparus. L’image titre de cet article provient, par exemple, de l’action « Palais royal occupé – Tout pour tous-tes ! » (2) organisé par un collectif sobrement nommé «Collectif d’opposition à la loi antisquat en Belgique». Ce dernier s’organise autour d’un site internet où les différents appels à action sont communiqués(3).

Actuellement, la loi n’interdit pas le squat de bâtiments non-occupés, à condition évidemment de ne rien détruire ou dégrader.

Dans les grandes villes comptant de nombreux SDF, où les prix de l’immobilier sont affreusement chers (comme Bruxelles par exemple), le squat est souvent le seul moyen pour une frange des plus modestes et les sans-abris d’accéder à un logement et d’échapper à la rue ou à l’insalubrité. Argument supplémentaire : il y a énormément de bâtiments non-occupés dans ces villes. (Une carte à été faite par les Équipes Populaires de Bruxelles, elle n’est probablement pas exhaustive mais donne une idée de l’ampleur du phénomène(4)). Selon le collectif d’opposition à la loi, il y aurait 15’000 logements vides sur Bruxelles (aucune source n’est cependant citée).

Les actions du collectif ont commencé début septembre, et la prochaine aura lieu demain, le 13 septembre, à partir de 13:30 au Carré de Moscow à St-Gilles (5). Leur action d’occupation du Palais royal semble justifiée, quand en Belgique le roi et plus largement la famille royale sont entretenus par l’état et reçoivent une dotation se comptant en centaines de milliers d’euros par an, simplement du fait de leur naissance. De plus, cet argent sort pour toujours de la poche du contribuable belge, étant donné que les membres de la famille royale on prit pour habitude de créer une fondation avant leur mort pour échapper à l’impôt sur les successions. (à l’image de la fondation reine Pereos de la reine Fabiola)(6).
(1) http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/54/1008/54K1008007.pdf

(2) https://brussels.indymedia.org/spip.php?article15202&lang=fr

(3) https://squatbelgium.noblogs.org/

(4) http://www.logementsvides.be/

(5) https://squatbelgium.noblogs.org/actions-3/

(6) http://www.lepoint.fr/monde/belgique-comment-la-reine-fabiola-veut-echapper-a-l-impot-10-01-2013-1611764_24.php

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *